NOTRE VILLE

L’Haÿ-les-Roses
Présentation
de la ville

Ville de 33 000 habitants, dont l’emblème est sa magnifique roseraie, L’Haÿ, commune de la banlieue sud de Paris prend le nom de L’Haÿ-les-Roses en raison de la renommée de celle-ci.
C’est une ville bi-polaire, quartiers résidentiels, quartiers populaires, séparée en plus par l’A6 qui partage la ville.

Image module
Image module
Image module

L’Haÿ-les-Roses est actuellement gérée par un maire-conseiller régional ex-LR (depuis le 05/06/2019), Vincent Jeanbrun.
Celui-ci, qui se présente à toutes les élections (départementales, régionales, législatives) a ouvertement soutenu la liste Bellamy (signature dans la liste des maires parue dans le Journal du Dimanche) et par une campagne active de ses militants (affiches sauvages, point de rencontre sur les marchés, et tractages notamment), après avoir laissé entendre qu’il pourrait soutenir LREM en participant au meeting du 3 mai dernier à L’Haÿ, en présence de Nathalie Loiseau et Florence Parly. Il a également apostrophé le Président Macron lors du Grand Débat à Courcouronnes, en des termes d’opposition très fermes.

La majorité municipale actuelle a remplacé une municipalité socialiste. Le maire n’a eu de cesse de prendre comme bouc émissaire l’ancienne équipe, espérant jusqu’à une date récente que ce serait sa seule opposition.
Actuellement, cette municipalité rencontre une très forte opposition dans la ville en raison de projets d’urbanisation qui prennent le risque de détruire notre roseraie unique en son genre en Europe ainsi que la disparition totale du square Léon Jouhaux, appelé « parc des boulistes » et de ses arbres pour y implanter un marché !

C’est une vraie levée de boucliers qui s’ensuit, menée par des associations environnementalistes pour l’essentiel, et diverses personnalités, anciennes ou neuves de la ville.

La situation politique locale
Image module

A la faveur du débat public, j’ai affirmé une opposition très ferme à ces projets en traçant d’autres perspectives, ce qui a suscité un espoir nouveau chez les l’haÿssiens. A la fois en terme d’option politique nouvelle et de candidat crédible.

Cet espoir a été conforté par le résultat des européennes : LREM et ses alliés ont fait près de 28% des voix, suivie par EELV, à 18%. Bellamy n’a réalisé que 7% et Gluksman autant. Par contre il reste une gauche protestataire (LFI+PCF) autour de 11% et un vote RN à 11%.

L’actuel maire ne s’y trompe pas : il sait bien que nous sommes l’adversaire principal. Et sa prise sur nous est difficile car nous sommes une nouvelle force, avec une vraie expertise de la ville, et le soutien de personnes de la société civile nouvelles et engagées, très en phase avec la démographie de la ville et sa composition sociologique.